Abaissement partiel du Rhône du 18 au 29 mai

Chaque année, environ 400 000 m3 de sédiments apportés par l’Arve se déposent dans le Rhône genevois. Cette accumulation augmente les risques d’inondation de certains quartiers de Genève en cas de crues de l’Arve et du Rhône. Afin d'assurer assurer la sécurité des riverain·nes, une évacuation régulière de ces sédiments est nécessaire.

Pour cela, un abaissement partiel des retenues des barrages de Verbois et de Chancy-Pougny est effectué tous les 4 ans. 

 

Consulter les rapports de suivi journaliers

Informations relatives à la sécurité

Sécurité

L’opération d’abaissement se déroulera du 18 au 29 mai*.

 

  


Pendant cette période :

 

  • Interdiction de baignade
  • Interdiction de pêche
  • Interdiction de navigation
  • Risque d’instabilité des berges
  • Risque d’érosions des falaises

 

Tout autre activité dans le lit du Rhône ou sur ses berges est interdite.

* En fonction des conditions hydrologiques, le début des opérations peut être reporté de jour en jour, sur une période maximale de 7 jours.

L’abaissement, comment ça fonctionne ?

Fonctionnement

Evolution du lit du fleuve

D'une situation normale au départ (schéma 1), le lit du fleuve s'épaissit au fil du temps en raison des sédiments qui s'accumulent contre le barrage.

En cas de crue, le niveau de l'eau monte, ce qui augmente le risque d'inondation (schéma 2). 


L'opération d'abaissement provoque une augmentation rapide du débit du Rhône grâce à l'ouverture contrôlée des vannes du barrage du Seujet. Une partie des limons et autres sédiments accumulés transitent ainsi vers l'aval (schéma 3). 

Le niveau des sédiments et de l'eau revient ainsi à la normale, permettant d'assurer la sécurité des riverain·nes (schéma 4). 

Une opération au fil du Rhône

Dans le cadre de cette opération, le niveau du Rhône est d’abord abaissé en France au barrage de Génissiat par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), puis à Chancy-Pougny par la SFMCP et à Verbois par SIG. En parallèle, les vannes au barrage du Seujet sont ouvertes pour faciliter l'évacuation des sédiments. 

Mesures de réduction et de suivi des impacts environnementaux

Mesures environnementales

Mesures relatives à la faune

 

Depuis 2016, SIG procède à l’abaissement partiel de la retenue afin de limiter l’impact des opérations sur la faune.

 

Actions pour les poissons

Des pêches de sauvetage sont effectuées dans les passes à poissons des barrages de Verbois et Chancy-Pougny. Une partie des poissons sont marqués afin de pouvoir être suivis par télémétrie et les autres sont déplacés dans le lac ou dans des zones refuges aménagées telles que la zone refuge de l’Allondon ou le bassin naturel de la Touvière.

 

Actions pour les oiseaux et les castors

Plusieurs suivis sont effectués en bateau ainsi que depuis les berges. 

 

Suivi de la qualité de l’eau

 

Le laboratoire SIG assure le suivi de la qualité de l'eau 24h/24 pendant les opérations. Les paramètres suivants sont contrôlés et mesurés en continu : 

 

Taux de matières en suspension (MES).

Les matières en suspensions sont principalement du limon et du sable. L’acquisition des données de MES en temps réel permet d’assurer le pilotage de l’abaissement des deux retenues, dans l’objectif de respecter les concentrations et temps d’exposition prescrits. 

 

Autres paramètres physico-chimiques : pH, conductivité, température, oxygène dissous et azote ammoniacal (N-NH4)

L'analyse de ces paramètres permet de vérifier que les concentrations atteintes ne sont pas toxiques pour l’environnement.

 

Les prélèvements automatisés sont effectués au niveau de 3 stations : aval Verbois, pont de la Plaine et pont de Pougny.

Le laboratoire SIG assure le suivi de la qualité de l'eau 24h/24 pendant toute la durée de l'opération. 

Rapports journaliers

Rapports journaliers

Le premier rapport journalier sera publié le 18 mai, jour du démarrage des opérations. 

 

Consulter le communiqué de presse du 10 mai 2021

Questions fréquentes

FAQ
  • Cette opération est exigée par l’Etat de Genève afin d’assurer la sécurité des habitant·es au centre de Genève, plus particulièrement dans le quartier de la Jonction. Il s’agit d’une opération de prévention face aux risques d’inondation en cas de crues de l’Arve.

  • La date est choisie par un comité de pilotage composé des autorités franco-suisses, de l’Etat de Genève et de la Préfecture de l’Ain. Un élément capital est le niveau d’eau du lac Léman. C’est pourquoi la date choisie concorde avec la fonte des neiges.

  • A chaque abaissement, SIG améliore les mesures qu’elle prend en faveur de la faune et de la flore. Concernant les poissons, des pêches de sauvetage seront réalisées, les poissons pêchés seront installés dans des étangs, puis remis dans le Rhône, et des zones refuge seront creusées au bord du Rhône. 
    Des mesures de surveillance sont également prises pour les oiseaux et les castors.

  • Etablies pour la période 2016-2026, les opérations de gestion sédimentaire du Haut-Rhône (mises en œuvre par SIG, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et la SFMCP se décomposent en 3 volets :

    • Un abaissement partiel des retenues de Verbois (10 à 12 m au lieu de 18 m) et Chancy-Pougny (de 12 m) tous les 3 ans, accompagné par une gestion spécifique de la CNR de ses 6 ouvrages du Haut-Rhône.
    • Des dragages complémentaires éventuels, réalisés sur les retenues, notamment pour assurer la sûreté des ouvrages hydrauliques.
    • Un accompagnement des crues de l’Arve pour favoriser le transport le plus en aval possible des sédiments, grâce à un débit plus élevé du fleuve.