logo vitale vert

 

Grâce aux 70'000 Genevoises et Genevois qui ont choisi Electricité Vitale Vert de nombreux projets sont financés chaque année à travers les Fonds Vitale Environnement et Innovation.
 

Découvrez ci-dessous l’une de ces actions !

 

Un sonar espionne les poissons du Rhône

Bateau sonar
Bateau sonar

Contexte

Protection des espèces
Un poisson qui quitte le lac Léman pour descendre le Rhône va devoir franchir 5 premiers barrages: le Seujet (CH), Verbois (CH), Chancy-Pougny (CH-F), Génissiat (F), Seyssel (F). En tout, l'ensemble représente 57 kilomètres de retenues d'eau et de fleuve où vivent une trentaine d'espèces de poissons, dont des espèces nobles telles l'Ombre commun, la Truite lacustre et le Corégone lavaret.

Nécessaires vidanges
Le barrage de Verbois crée une belle retenue d’eau qui permet de produire une chute assez puissante pour faire tourner des turbines génératrices d'électricité – de l'électricité renouvelable. Mais l'Arve lui amène des masses de sédiments qu'elle charrie depuis le massif du Mont-Blanc (d'où sa couleur brune lors des crues) et qui s'accumulent dangereusement avec les années. Il arrive un moment où il faut évacuer ces sédiments en aval pour éviter des inondations. Depuis les années 1940, la technique a consisté à abaisser complètement les eaux de la retenue du barrage: le fort courant créé par cette vidange emporte les sédiments... Mais ce procédé brutal nuit fortement aux poissons, ainsi qu'à toute la faune et la flore aquatique et riveraine. Ainsi, pour protéger la biodiversité du Haut-Rhône, les exploitants français et suisses de ces cinq barrages se sont entendus pour appliquer, tous les 4 ans, de nouvelles pratiques d'abaissements partiels des eaux.

Technique de sondage

Projet

Des sonars pour "voir" les poissons
Pour évaluer les effets de ces nouvelles pratiques sur les poissons, il faut avoir une bonne idée des populations présentes et de la variation des effectifs au cours de l'année. Voilà pourquoi une équipe de chercheurs de l'HEPIA (Haute Ecole du Paysage, d’Ingénierie et d’Architecture), de SpyGen et de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) s'embarque à la nuit tombée dans un bateau muni de deux sonars à ultrasons, afin de sonder les eaux entre les barrages. Pourquoi la nuit? Parce que c'est le moment où les bancs de poissons se dispersent et où les individus remontent du fonds vers la surface... Sur les images reconstruites d'après les échos des sonars, les poissons se distinguent individuellement, et on peut même avoir une idée de leur taille. Mais il est impossible de connaître l'espèce. Alors les chercheurs appliquent une seconde technique digne de la police scientifique: l'analyse de l'ADN environnemental.

Identifier les poissons dans la soupe d'ADN
Tout au long de leur navigation, les chercheurs filtrent aussi l'eau pour récolter une «soupe» d'ADN: les traces génétiques des êtres vivants du Rhône. Dans cette soupe, ils identifient les portions d'ADN excrétées par les poissons, puis parviennent à déterminer à quelles espèces elles appartiennent. En effet, un poisson perd constamment du matériel cellulaire par son urine, ses déjections, la production de mucus ou la perte d'écailles.

Planning bouleversé pour la pêche virtuelle
À ce jour, 12 campagnes ont déjà été effectuées, chacune représentant quatre soirées de navigation sur les quatre retenues d’eau. Mais il reste les deux plus importantes à mener: la campagne juste avant, et la campagne juste après l'abaissement partiel des eaux pour cette nouvelle gestion des sédiments plus respectueuse de la biodiversité. Or, l’opération, initialement prévu en mai 2020, a dû être repoussée en 2021 en raison de la pandémie de covid-19...

• Combien et quels poissons vivent dans les quatre premières retenues hydroélectriques du Rhône?
• Comment ces poissons se déplacent-ils entre les barrages selon les saisons?
• Quels effets aura la nouvelle gestion des sédiments du barrage de Verbois sur les poissons?

Promis, on vous tiendra au courant dès qu'on aura des nouvelles...

 

Dernière mise à jour le 8 juin 2020

Projet soutenu par le


 

Porteurs du projet
CNR - Compagnie Nationale du Rhône
SIG
HEPIA - Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture
Spygen (analyse de l'ADN environnemental)

Vous aussi, vous souhaitez soutenir ce projet ou d’autres projets similaires ?
C’est très simple : en quelques clics, vous pouvez passer à Electricité Vitale Vert pour la totalité ou une partie de votre consommation électrique

Projets terminés

 

L’intelligence vient aux balayeuses

Balayeuses

Projet soutenu par le Fonds Vitale Innovation

Afin de limiter les émissions de CO2 et d’économiser l’eau utilisée pour nettoyer l’espace urbain, un projet de balayeuses intelligentes a été lancé en Ville de Genève. Il mise sur une technologie d’intelligence artificielle pour optimiser leurs tournées.

Découvrir le projet

 

Un gué souterrain pour les salamandres

salamandre

Projet soutenu par le Fonds Vitale Environnement

Les populations de salamandres sont de plus en plus menacées. En cause, la circulation routière et le manque de passages adaptés pour franchir les voies de circulation. Un projet d’aménagement d’une canalisation souterraine a ainsi été lancé sous la route de Vessy.

Découvrir le projet

 

Une roselière fait le travail d'épuration

salamandre

Projet soutenu par le Fonds Vitale Environnement

Au bord de l’Allondon, un projet original a permis de remplacer une vieille fosse septique par une station d’épuration « naturelle ». Un système de bassins en étages, des graviers et des roseaux : voici les principaux ingrédients de cette installation.

Découvrir le projet

Le Grand JD
Le Grand JD

GE-Xplore. Les vidéos du Grand JD

Julien Donzé, alias Le Grand JD, est sans doute le youtubeur le plus célèbre de Suisse, avec près de 2 millions d'abonnés sur sa chaine. Il a réalisé une série de vidéos sur les projets soutenus à travers les Fonds Vitale. Découvrez-les en images à ses côtés.

 

Voir les vidéos