Chantiers SIG : carte et informations

A SIG, nous travaillons chaque jour à l’amélioration de nos services. Cela passe également par la maintenance et l’entretien des réseaux d’électricité, de gaz, de fibre optique et d’eau potable. Pour une mobilité sans souci, renseignez-vous sur les chantiers et travaux SIG en cours. Découvrez notre carte.

Carte des principaux chantiers SIG à Genève

Carte des chantiers à Genève

 

 

Les différents acteurs

Les différents acteurs

La carte ci-dessus ne reprend que les travaux dans lesquels SIG est pilote.

D’autres acteurs interviennent sur les chantiers de sous-sol qui se déroulent à Genève :

  • Case cochée

    Les communes qui gèrent les canalisations d’eau (écoulement d’eaux de pluie et égouts) ainsi que les chemins et routes communales.

  • Case cochée

    L’Etat et la Ville de Genève qui modifient les routes, réalisent ou modifient des aménagements sur le domaine public (aménagements urbains, arbres, modération de trafic etc.).

  • Case cochée

    Les transports publics (nouvelles lignes de tram, arrêts de bus).

  • Case cochée

    Swisscom et les opérateurs télécom publics et privés.

N’hésitez pas à contacter ces différents acteurs pour plus d’informations.

Questions fréquentes

Questions fréquentes

Quelles sont les causes principales de l’ouverture d’un chantier ?

Les causes principales de l’ouverture d’un chantier sont les suivantes :
- Le remplacement des conduites : les canalisations et les câbles vieillissent, il faut donc les changer régulièrement. Chaque fluide a un plan de renouvellement prévu.
- Les nouveaux raccordements : lorsqu’il faut brancher un nouvel immeuble, un nouveau quartier, un nouveau lotissement à l’eau, au gaz et à l’électricité ou encore la fibre optique.
- L’extension de puissance : certaines entreprises accroissent leurs activités et ont donc besoin de davantage d’eau et d’énergies. Cette modification peut entraîner des travaux de grande ampleur. C’est par exemple le cas lorsqu’il faut tirer de nouvelles lignes électriques depuis un poste de transformation distant de plusieurs kilomètres.
- La modification d’un poste de basse ou moyenne tension : certaines lignes aériennes doivent être enterrées sur demande des communes ou si un renouvellement est prévu, le changement se fait au profit d’une mise en souterrain.

A quelle profondeur creusez-vous ?

Les conduites des réseaux SIG sont enfouies entre 0,60 cm et 1,30 mètres du sol (en moyenne selon le type de fluide concerné).

Quels sont les éléments qui peuvent influencer la durée d’un chantier ?

On peut citer notamment les mesures de mobilité des piétons et véhicules d’urgence imposées au chantier, les mesures de sécurité, les conditions météorologiques, le temps de chloration d’une conduite, la température extérieure ou encore l’occupation du sous-sol.

Quelles sont les perturbations possibles qu’un chantier peut entraîner ?

- Modification de la circulation routière.
- Modification du cheminement des piétons.
- Suppression de places de parking et de livraison.
- Modification provisoire des accès aux propriétés et aux immeubles.
- Nuisances sonores dues aux machines et nuisance due à la poussière.
- Coupures momentanées des réseaux de distribution.

Dans tous les cas, SIG veille à minimiser autant que possible les impacts négatifs de ses chantiers sur le quotidien des riverains.

Quel est l’horaire d’un chantier ?

Le temps de travail sur un chantier est saisonnier car il dépend de la météo. En hiver, les ouvriers travaillent de 8h à 16h, en été de 7h à 17h. Les entreprises travaillent moins l’hiver que l’été. D’autre part, les chantiers sont en principe fermés pendant 3 semaines à Noël et pendant 2 semaines en été selon les cas.

Combien de temps dure un chantier ?

La durée des travaux peut aller de quelques mois à plusieurs années. Elle dépend de plusieurs facteurs :
- l’ampleur du chantier ;
- le nombre d’acteurs représentés ;
- la situation géographique (ville ou campagne) ;
- les mesures de mobilité imposées au chantier ;
- la température et du temps qu’il fait ;
- l’occupation du sous-sol.
 

Y a-t-il encore beaucoup de conduites obsolètes dans le sous-sol genevois ?

Nous n’avons pratiquement plus de vieilles conduites en fonte à Genève pour le gaz contrairement à Londres ou à Paris, par exemple. Elles ont été remplacées par des canalisations en acier et en polyéthylène.
Pour le réseau d’eau potable, il subsiste encore un peu moins de 250 km de conduites en fonte grise. Celles-ci, souvent considérées comme plus fragiles, sont inscrites dans un programme de renouvellement à moyen terme avec des conduites en polyéthylène ou en fonte ductile revêtue.
Les câbles électriques sont eux aussi affectés par le vieillissement, « l’arborescence » - sorte de fissuration qui fragilise l’isolation - peut se produire sur les câbles synthétiques en polyéthylène. Ces derniers sont inscrits également dans un programme de renouvellement à court et moyen terme (il en reste aujourd’hui environ 20 km) tout comme les câbles d'ancienne génération à isolation papier.

Est-il possible de faire annuler un chantier prévu ?

Non, car les chantiers SIG sont d’intérêt public. Tout le monde doit pouvoir disposer d’eau, de gaz et d’électricité et de fibre optique. Une fois que les travaux ont été autorisés par l’Etat, la Ville de Genève, ou les communes (propriétaires du sol), le chantier commence. Mais SIG cherche à limiter autant que possible les impacts des chantiers sur les riverains, en garantissant l’accès aux commerçants et aux habitants par des passerelles, par exemple.