L'Eau de Genève

Logo Eau de Genève

 

L’Eau de Genève est locale, écologique et d’excellente qualité. Sa composition, variée en sels minéraux, est comparable à certaines eaux en bouteille. Ce n’est pas pour rien que 85% des Genevois la consomme au quotidien !

 

Les atouts de l’Eau de Genève

Atouts
  • vu

    Écologique

     

    Jusqu’à 1’000 fois plus écologique que les eaux en bouteilleSource : Etude réalisée par ESU-services sur mandat de la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE), publiée en 2006.?

  • vu

    Economique

     

    De 100 à 500 fois moins chère que l'eau en bouteille.

  • vu

    Locale  

     

    Provient à 90% du lac Léman et à 10% des nappes phréatiques du canton.

laborantine en train de tester l'eau de Genève
  • vu

    D’excellente qualité : 96% des Genevois satisfaits.Source : Etude de satisfaction clients SIG, 2017.?

  • vu

    Contrôlée : chaque année 7’000 prélèvements et 100’000 analyses sont pratiqués. 

  • vu

    Bonne pour la santé : contient des sels minéraux variés.

  • vu

    Bonne au goût : 40 collaborateurs SIG et plus de 400 clients la testent régulièrement.

L'origine

Origine

Genève tire son eau potable à 90% du lac Léman et à 10% des nappes phréatiques 

 

carte de Genève divisée en quatre zones de caractéristiques de l'eau


Consultez les données par zone (valables dès le 2 avril 2017).

 

Zone 1 : le réseau d’eaux mélangées

Cette zone est alimentée par le réseau d’eaux mélangées. L’eau y est d’excellente qualité, peu minéralisée et à faible teneur en nitrates.

 

Nitrates¹ (en mg/L) :  4.2  en moy. (min: 2.0, max: 8.7)

 

Dureté de l'eau (en degrés français) : 16.5 en moy. (min: 12.1, max: 24.2)

 

Calcium (en mg/L) : 55.4 en moy. (min: 39.0, max: 85.3)

 

Magnésium (en mg/L) :  6.3 en moy. (min: 5.2, max : 8.3)

 

1 Valeur de tolérance :40 mg/L

Zone 2 : le réseau d’eau du lac

Cette zone est alimentée par le réseau d’eau du lac. L’eau y est d’excellente qualité, peu minéralisée et à très faible teneur en nitrates.

 

Nitrates¹ (en mg/L) : 2.8  en moy. (min: 2.0, max: 3,0)

 

Dureté de l'eau (en degrés français) : 13.6 en moy. (min: 12.1, max: 14.7)

 

Calcium (en mg/L) :  44.7 en moy. (min: 39.0, max: 48.3)

 

Magnésium (en mg/L) : 5.7 en moy. (min: 5.2, max : 6,4)

 

1 Valeur de tolérance :40 g

Zone 3 : le réseau d’eau de la nappe du Genevois

Cette zone est alimentée par le réseau d’eau de la nappe du Genevois. L’eau y est d’excellente qualité, peu minéralisée et à faible teneur en nitrates.

 

Nitrates¹ (en mg/L) : 4,4  en moy. (min: 2.0, max: 7,1)

 

Dureté de l'eau (en degrés français) : 17,0 en moy. (min: 12.1, max: 21.7)

 

Calcium (en mg/L) : 53,6 en moy. (min: 39.0, max: 67.1)

 

Magnésium (en mg/L) : 8,8 en moy. (min: 5.2, max : 12,2)

 

1 Valeur de tolérance :40,g

Zone 4 : le réseau d’eau de la nappe de l’Arve

Cette zone est alimentée par le réseau d’eau de la nappe de l’Arve. L’eau y est d’excellente qualité, moyennement minéralisée et à faible teneur en nitrates.

 

Nitrates¹ (en mg/L) : 5,5  en moy. (min: 3.8, max: 6,3)

 

Dureté de l'eau (en degrés français) : 21,9 en moy. (min: 17,9, max: 23,5)

 

Calcium (en mg/L) : 65,8 en moy. (min: 51,1 max: 72,1)

 

Magnésium (en mg/L) : 13,3 en moy. (min: 9,7 max : 15,8)

 

1 Valeur de tolérance :40,g

Le traitement

Traitement

Selon son origine et les besoins, l’eau prélevée est traitée et stockée dans des réservoirs.

 

  • Utilisation : l’eau est ensuite distribuée sur l’ensemble du territoire, que ce soit aux robinets, aux fontaines ou au niveau des bornes incendies. Elle est utilisée tant comme eau de boisson que pour les besoins ménagers, agricoles, industriels ou hospitaliers. 
  • Traitement : une fois utilisée, l’eau part dans les égouts pour être ensuite traitée par les stations d'épuration.

bbbbbb

Les contrôles

Contrôle

L’Eau de Genève est d’une qualité irréprochable, contrôlée en permanence en laboratoire.

  • Contrôle par SIG : notre laboratoire effectue chaque année des milliers de prélèvements et d’analyses. 
  • Contrôle par le Canton : les contrôles de SIG sont ensuite validés par le Service de la Consommation et des Affaires Vétérinaires (SCAV), l’autorité cantonale de contrôle des denrées alimentaires. 

En 2016

58 millions

de m³ d'eau potable distribués sur le canton de Genève

6'892

prélèvements réalisés

122'251

analyses de contrôle de la qualité

0.9 %

d'échantillons non conformes sans gravité avec un retour rapide à la normale

0

arrêt d'installation suite à un défaut qualité

La composition

Composition

L’Eau de Genève est variée en sels minéraux, elle est comparable à certaines eaux en bouteille. Essayez vous-même !

 

En savoir plus sur la composition

pictogramme d'un cercle avec un sigle information

Bon à savoir

 

Le chlore est indispensable pour maintenir la qualité de l'eau lors de son transport dans les conduites jusqu'à votre domicile. Ajouté lors du traitement de l'eau potable à un très faible dosage dans le réseau, il ne présente aucun danger pour la santé. 

 

Pour faire disparaître une éventuelle odeur de chlore, laissez l'eau s'aérer en carafe quelques minutes avant de la boire. 
 

La dureté

Dureté

La dureté de l’eau est l'expression de sa teneur en calcium et en magnésium. Elle varie en fonction des sols qu’elle traverse. En effet, avant d’arriver chez vous, l’eau s’enrichit de nombreux oligo-éléments et de sels minéraux essentiels au corps humain. Le calcaire en fait partie. 

personnage d'une chimiste SIG

Le calcaire participe à l’apport journalier en calcium et en magnésium, éléments essentiels à la croissance et à l’entretien du squelette. 

La dureté de l’eau s’exprime en degré français (°F). 1° F équivaut à 10 mg de carbonate de calcium (calcaire) par litre d’eau. Jusqu’à 15° F, l’eau est considérée comme "douce". Elle devient "très dure" au-delà de 30°F. 

Questions fréquentes

Questions fréquentes

Que faire si mon eau du robinet a un goût et/ou une odeur inhabituel ?

Si vous remarquez une coloration (blanche, orangée, jaune....), commencez par laisser couler votre robinet quelques minutes. Si le phénomène persiste contactez le 0844 800 808, tarif local sur réseau fixe. Nos conseillers vous poseront des questions plus précises et vous mettront en contact avec notre laboratoire si nécessaire.
Si vous remarquez une odeur inhabituelle de votre eau (chlore...), commencez également par laisser couler votre robinet quelques minutes. Goûtez de nouveau votre eau en changeant de pièce (éloignez-vous des éviers-siphons ou de toute autres sources d'odeurs). Si le phénomène persiste, contactez le 0844 800 808, tarif local sur réseau fixe. Nos conseillers vous poseront des questions plus précises et vous mettront en contact avec notre laboratoire si nécessaire.

Est-il nécessaire de purifier l'eau du robinet avant de la boire ?

Un traitement domestique pour améliorer la qualité de l’eau est inutile. L’eau qui sort du robinet est rigoureusement contrôlée et aussi bonne qu’une eau minérale. D’autre part, la plupart des appareils qui se branchent au robinet fonctionnent selon des principes de purification déjà en vigueur dans nos installations. Pire, ils peuvent considérablement dégrader la qualité de l’eau s’ils ne sont pas utilisés correctement.

Qu’est-ce qu’un micropolluant ?

Au sens strict du terme, un micropolluant est une substance anthropique (c'est-à-dire générée par la main de l'homme) ou un élément chimique, présent dans l'environnement à des concentrations plus élevées que la normale.
Les micropolluants proviennent principalement des activités humaines : épandage de pesticides (herbicides, insecticides, fongicides, etc.) dans l'agriculture et les jardins ; rejets industriels et hospitaliers ; traitements des matériaux de construction contre la corrosion et l'incendie (ignifugation) ; protection du bois contre l'attaque des insectes et des champignons ; protection de surfaces (bâtiments, bateaux, etc.), polluants de l'air précipités au sol, etc.
Les ménages via, notamment les eaux usées, y contribuent aussi avec les produits de nettoyage et de bricolage, les produits pour la lessive et la vaisselle, les cosmétiques et les crèmes solaires, ainsi que les médicaments et les contraceptifs hormonaux (rejetés par les voies naturelles).
 

Quels sont les effets néfastes des micropolluants ?

Sans que l’on connaisse encore précisément tous leurs effets simples ou combinés, les micropolluants peuvent potentiellement nuire à la faune et à la flore aquatique ainsi qu’à la qualité de l’eau brute utilisée pour la production d’eau potable.
De faibles concentrations de micropolluants suffisent pour déployer sur des organismes aquatiques le même effet toxique que celui pour lequel on les emploie par ailleurs. Ainsi, les herbicides utilisés contre les mauvaises herbes entravent la photosynthèse des algues, les perturbateurs endocriniens affectent la reproduction des poissons, etc.
Certaines substances peuvent en outre engendrer d'autres « effets indésirables » chez les organismes aquatiques. À titre d'exemple : les ignifugeants, utilisés notamment dans les meubles rembourrés, les appareils électriques et électroniques ou les bâtiments afin d'éviter les incendies, peuvent perturber la reproduction d'organismes aquatiques. Selon les connaissances actuelles, les concentrations de micropolluants mesurées dans les eaux souterraines et superficielles en Suisse ne représentent aucun risque pour l'être humain.
 

SIG contrôle-t-elle bien la présence de micropolluants ?

Chaque année, SIG procède à la recherche de près de 800 micropolluants afin de garantir une eau d'excellente qualité. Les données récoltées et traitées sont reconnues et validées par un organe de contrôle : le chimiste cantonal.
Les résultats d'analyses sont annuellement partagés avec le service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV- chimiste cantonal) et l'eau potable distribuée à Genève est conforme aux normes suisses sur les denrées alimentaires.
Les traces résiduelles pouvant persister dans l'eau potable à Genève sont bien inférieures aux exigences de l'OPBD (Ordonnance fédérale sur l’eau potable et l’eau des installations de baignade et de douche accessibles au public du 1er mai 2017).